Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire

 
 
Favv.gif

L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) (en néerlandaisFederaal Agentschap voor de veiligheid van de voedselketen - FAVV) est l’agence chargée de surveiller la sécurité de la chaîne alimentaire et la qualité de l'alimentation en Belgique.

L' Agence alimentaire est sous la tutelle du Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l'Agriculture et de l’Intégration sociale du gouvernement fédéral.

 

 

Histoire[modifier | modifier le code]

Depuis 2000, l’AFSCA a pour mission de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes.

Issue de la crise de la dioxine de 1999, l’Agence alimentaire a acquis une réelle renommée tant au plan national qu’international. Couplés à ceux du secteur agroalimentaire, ses efforts permettent de garantir un maximum de sécurité aux consommateurs.

L’AFSCA emploie quelque 1 300 agents dont plus de la moitié sur le terrain, qui réalisent annuellement plus de120 000 missions de contrôles et d’échantillonnages sur les matières premières ou les denrées que nous consommons tous les jours. L’AFSCA dispose de son propre réseau de 5 laboratoires et fait appel à une cinquantaine de laboratoires agréés pour effectuer des analyses.

L’AFSCA est aussi un organisme au service des consommateurs et des professionnels de la chaîne alimentaire par :

  • des contrôles uniformisés via un plan de contrôle et des check-lists disponibles sur son site internet ;
  • une politique de communication transparente et proactive ;
  • des services d’appui comme les séances de formation par la cellule de vulgarisation;
  • un point de contact « consommateurs » qui répond à des milliers de questions et plaintes par an ;
  • un rôle incontournable pour les exportations de produits agroalimentaires (délivrance de certificats d’exportation) ;
  • un service de prévention et de gestion de crise efficace ;
  • des incitants à la validation de l’autocontrôle ;
  • une aide aux pays tiers (Maroc, Bénin, Vietnam) ;

L’AFSCA se présente également comme un service public sous contrôle, régulièrement audité par l’Office alimentaire et vétérinaire de la Commission européenne et par des organismes externes, comme en attestent les différents certificats (ISO...) disponibles sur son site internet.

L'affaire Munnix[modifier | modifier le code]

En avril 2015, un producteur de fromages de Herve, José Munnix, est contrôlé par l'AFSCA. Toute sa production est saisie à titre conservatoire. Un large mouvement de soutien se crée autour de l'artisan afin de dénoncer des normes de plus en plus impossibles à respecter par les plus petites exploitations. La presse se saisit du sujet. Les politiciens belges de plusieurs niveaux de pouvoir tentent sans succès de trouver un arrangement entre l'AFSCA et l'exploitant. Ce dernier décide alors de mettre un terme à sa production. Il lui semble impossible de continuer son métier1. Cette affaire symbolise les difficultés rencontrées par les petites exploitations à respecter les règlementations imposées par l'AFSCA.

Il est à noter que l'AFSCA a cherché, en mars 2016, à supprimer cette information de Wikipédia 2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1.  « L'Affaire Munnix, quand une administration détruit l'oeuvre de toute une vie » [archive], sur DASHUB (consulté le 10 mars 2016)
  2.  CVD et So. De, « En toute discrétion, l’Afsca cherche à blanchir son image sur Wikipédia », La Libre Belgique,‎  (lire en ligne [archive])

Liens externes[modifier | modifier le code]