Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Patrick FRASELLE

LES RICHES : les crapules pourritures politiques les gens de pouvoir qui sont surpayés et qui volent l'argent pendant que les peuples crèvent - ces voyous riches ne méritent qu'une balle dans la tête - révolution

26 Janvier 2016, 23:02pm

Publié par Patrick FRASELLE

LES RICHES : les crapules les voyous les bandits les mafieux les pourritures politiques la mafia de la commission européenne et des euros-députains les gens de pouvoir qui sont ultra-surpayés et qui - tout en profitant honteusement du système - volent détournent et profitent de l'argent et des lois votées par eux-mêmes pour eux-mêmes pendant que les peuples crèvent de faim et de misère.

Ces voyous riches ne méritent que l'extermination - révolution subversion désobéissance civile mise à genoux des gouvernements.

L'histoire du monde et de nos sociétés est toujours la même depuis des siècles - les gens de pouvoir qui profitent de tout et qui humilient les populations.

Les pauvres que l'on exploite jusqu'à ce que mort s'ensuive.

Il appartient aux peuples d'écrire la constitution et non à tous ces voyous de politiciens potiches carrièristes qui n'écrivent des lois que pour défendre et protéger leurs causes.

 

Liste de ces pourritures

 

Crapule n°1 - une des pourritures socialistes de la gauche-caviar belge

 
UBU PAN

Voici à quoi s’amuse une profiteuse de la démocrassie

Isabelle Emmery (PS) est pratiquement inconnue et peu de gens ont entendu le son de sa voix. C’est, nous dit-on, une parlementaire bruxelloise – entre autres.

Il faut reconnaître qu’elle a intérêt à ne pas trop parler, parce que si elle s’y met, elle déclenche des torrents de rigolades.

Ainsi, ce jeudi, en bonne moraliste de gauche, elle s’inquiétait de subsides versés à un grand restaurant, via un cercle d’affaires – nous tairons les noms de ces derniers, afin de ne pas les entacher du ridicule entourant Isabelle Emmery (PS). Le problème, c’est que les subsides n’existaient pas !

Belle occasion perdue de se taire… Dans les 248 pages que comptait le « Bulletin des Questions et Réponses au Parlement bruxellois » au 15 décembre 2015, portant sur l’année 2015, le nom d’Isabelle Emmery ne paraît PAS UNE SEULE FOIS ! Or, on dénombre plus de 400 questions écrites présentées par des parlementaires plus assidus, comme Boris Dilliès (MR qui ne lâche pas le morceau tant qu’il n’a pas reçu de réponse claire et circonstanciée), Alain Destexhe (MR) ou Pierre Kompany.

Mais pour Isabelle Emmery (PS), tout va bien, aucune raison de poser des questions – on sait qu’Anderlecht est une des communes les plus paisibles et les plus riches de l’hémisphère Nord. Et donc, pas beaucoup plus de raisons pour être présente au Parlement bruxellois.

Et tout ça pour un salaire net mensuel de 5.729 euros ! Auxquels il faut ajouter les rentrées engendrées par les 5 autres mandats rémunérés de cette parlementaire aussi active qu’une marmotte en hibernation.

Car ce phare de vertu cumule 14 mandats (fin 2014), dont 6 rémunérés : parlementaire bruxelloise, conseillère communale Anderlecht, membre du bureau du parlement de la Communauté française, administratrice de Société coopérative intercommunale de crémation, vice-présidente d’Iris, administratrice des hôpitaux Iris-Sud.

Femme moderne, elle vit avec Fabrice Cumps (PS), autre socialiste caviar. Plus modeste que sa compagne, il n’additionne que 11 mandats, dont 4 rémunérés : échevin de l’Enseignement à Anderlecht, administrateur du Fonds bruxellois de garantie, vice-président de la Société du logement de la Région de Bruxelles-capitale, administrateur du Conseil de l'Enseignement des communes et des provinces.

A eux seuls, les Cumps-Emmery se font, par mois, ce qu’un pensionné moyen gagne en un an.

Les fins de mois difficiles, on ne connaît pas, chez les Cumps-Emmery !

SOURCE :

UbuPan

Crapule n°2 - brochette de pourritures socialistes de la gauche-caviar française

 

 

  Un spectacle déplorable 19  

Par Jean-Marie Pieri

Chapitre 19

SOVIETOLAND

« Le socialisme c’est l’antichambre de la dictature ».


Devrons-nous choisir entre la peste et le choléra, plus prosaïquement la chèvre ou le chou quelle angoisse seront-ils à notre goût, quelle sera la phase terminale de ce cancer qui nous ronge, des réformes si « audacieuses » à pleurer, de plus en plus dangereuses pour l’entreprise, pôle emploi, l’université, le collége, les régions, les 35 heures, les syndicats, la sécurité sociale, la réforme sur l’orthographe n’étant pas le pire cauchemar !
C’est la période des soldes de tout compte en vrac: haine, divisions, incivilités, intolérance, corruption, passe-droits, favoritisme et népotisme de clan, de caste, tous ces phénomènes prennent racine sur le terreau d’un extrémisme purulent, lois et règlements bafoués par ceux qui sont garants de la justice sociale, législateurs, institutions, la République est malade de ses contradictions, de ses erreurs et de ses renoncements catastrophiques. En un mot de sa lâcheté, de cette hypocrisie normale !
Pourtant ce n’est pas faute d’avoir fait appel au bon sens et à la raison des responsables mais pas coupables qui vacillent devant la réalité et se soucient peu de la vérité, les arguments d’intellectuels reconnus, de philosophes appréciés, de personnalités du monde de la culture et des arts, d’économistes, même de journalistes courageux restent sans échos ou se heurtent au dénigrement et à la dérision des ministres de l’inculte, le monde politique aveugle et sourd poursuit une voie suicidaire, méprisante et insensible à la voix d’un peuple lucide et modéré, injustement dénigré par l’arrogance des imposteurs et des apprentis sorciers et autres racleurs de gamelle.
La nouvelle nomenklatura arrogante des satrapes de gauche héritière des lumières socialo-soviétiques festoie à bouche que veux-tu, quand le peuple souffre malaise et inquiétude sur son sort toutes catégories confondues, le peuple boit la potion amère d’une crise sévère: meurtre d’une austérité pour tous non voulue, mais pas pour eux!
Tout pouvoir qui se coupe du peuple et s’enferme dans sa tour d’ivoire périclite et se consumme immanquablement, perte d’autorité rime avec surdité et absurdité, la faiblesse et le déni s’installent, point de non-retour, fuite en avant deviennent l’antichambre de toutes les terreurs (erreurs), la confiance est brisée et l’occasion gâchée !
La propagande d’état c’est bien connu détruit tout lien avec le citoyen, c’est une tentation mortelle pour tout régime qui conduit à l’exclusion et à la dictature, l’absence de confiance d’un pouvoir mène à l’autoritarisme et à la restriction des libertés, le mensonge et la manipulation politiques sont les pièges qui créent la défiance (la défaillance), le refus et la révolte.
Peut-on maltraiter ainsi le citoyen, les tentatives d’intimidation sont légions, l’interférence du politique et du judiciaire devient monnaie courante, la stigmatisation de toute protestation, transforme tout opposant en dangereux délinquant, attention à ne pas créer des martyrs de la vérité, des dissidents réfractaires à la pensée unique, le pays de l’universalité ne peut se tranformer en démocratie populaire, version ancien régime communiste!
Diversité, métissage des cultures dit-on, nous n’en prenons pas le chemin en laissant se développer des communautarismes étouffants, il semble que la Nation a besoin de tous ses enfants sans distinction de races, de couleurs et de religions et le pays des droits de l’homme et de la laïcité ne peut prôner tout et son contraire, la loi de la République est la même pour tous !
A suivre

Jean-Marie Pieri

*** Attention ce texte est une TRIBUNE LIBRE qui n’engage que son auteur***

   SUIVEZ ! PARTAGEZ !   

Sources : 
JM Pieri pour Observatoiredumensonge 
http://observatoiredumensonge.com/2016/03/02/un-spectacle-deplorable-19/
 

Commenter cet article